2022 : 5e année la plus chaude depuis 1880, le réchauffement climatique se poursuit

Réchauffement climatique : les années se suivent et se ressemblent, confirmant depuis maintenant des décennies le réchauffement climatique planétaire en cours. L’année 2022 devient la 5e année la plus chaude jamais enregistrée et la 46e année consécutive avec des températures mondiales supérieures à la moyenne du 20e siècle…

D’après l’analyse annuelle de la NASA effectuée par des scientifiques du Goddard Institute for Space Studies (GISS), la température moyenne à la surface de la Terre en 2022 est à égalité avec l’année 2015 en tant que 5e année la plus chaude jamais enregistrée. Poursuivant la tendance au réchauffement à long terme de la planète, les températures mondiales en 2022 étaient de + 0,89 °C par rapport à la normale de référence de la NASA (1951-1980). Les 9 dernières années ont été les années les plus chaudes depuis le début de la tenue de registres modernes en 1880. Cela signifie que la Terre en 2022 était d’environ 1,11 °C plus chaude que la moyenne de la fin du 19e siècle.

▴ Publi-reportage ▴

Ce bilan est conforme aux observations des scientifiques de la NOAA qui placent 2022 comme la 6e année la plus chaude depuis 1880. La température moyenne en 2022 à la surface de la Terre était de +0,86 °C par rapport à la moyenne du 20e siècle. C’est également la 46e année consécutive (depuis 1977) avec des températures mondiales supérieures à la moyenne du 20e siècle. Les 10 années les plus chaudes jamais enregistrées se sont toutes produites depuis 2010, les neuf dernières années (2014-2022) faisant partie des 10 années les plus chaudes.

De son côté, le programme Copernicus européen a placé l’année 2022 au 5e rang des années les plus chaudes. Selon le jeu de données C3S ERA5, la température moyenne annuelle était supérieure de 0,3 °C à la période de référence 1991-2020, ce qui équivaut à environ 1,2 °C de plus que la période 1850-1900, généralement utilisée comme approximation de l’ère préindustrielle. Cela fait de 2022 la huitième année consécutive avec des températures supérieures de plus de 1°C au niveau préindustriel.

2022-anomalie-temperatures-Terre
Anomalie de la température de surface terrestre en 2022 par rapport à la moyenne 1951-1980
Auteur : GISS / NASA – Licence : DR

De nombreux facteurs peuvent affecter la température moyenne d’une année donnée. Par exemple, 2022 a été l’une des plus chaudes jamais enregistrées malgré une troisième année consécutive de conditions La Niña dans l’océan Pacifique tropical. Les scientifiques de la NASA estiment que l’influence de refroidissement de La Niña peut avoir légèrement abaissé les températures mondiales d’environ 0,06 °C.

Moyennes annuelles de l’augmentation estimée de la température de surface mondiale au-dessus des niveaux de référence 1991-2020 (axe de gauche) et 1850-1900 (axe de droite). L’année 2022 a uniquement pour données ERA5, toutes les autres années sont établies selon six ensembles de données différents : ERA5 (C3S/ECMWF), JRA-55 (JMA), GISTEMPv4 (NASA), HadCRUT5 (Met Office Hadley Centre), NOAAGlobalTempv5 (NOAA) et Berkeley Earth.
Crédit : Copernicus Climate Change Service/ECMWF.

Selon la NOAA, la température de surface de l’hémisphère Nord en 2022 était également la 6e plus élevée avec +1,1 °C) au-dessus de la moyenne. La température de surface de l’hémisphère sud pour 2022 était la 7e plus élevée jamais enregistrée avec + 0,61 °C au-dessus de la moyenne.

Sur le même sujet

L’Europe et l’Asie ont connu leur 2e année la plus chaude après 2020. L’Afrique sa 10e année la plus chaude tandis que les Amériques et l’Océanie leur 20e année la plus chaude.

« Cette tendance au réchauffement est alarmante« , a commenté l’administrateur de la NASA, Bill Nelson qui ajoute : « Notre réchauffement climatique fait déjà son apparition : les incendies de forêt s’intensifient ; les ouragans deviennent plus forts ; les sécheresses font des ravages et le niveau des mers monte. »

« La raison de la tendance au réchauffement est que les activités humaines continuent d’émettre d’énormes quantités de gaz à effet de serre dans l’atmosphère, et les impacts planétaires à long terme continueront également« , a déclaré Gavin Schmidt, directeur du GISS, le principal centre de modélisation climatique de la NASA.

En effet, après une accalmie en 2020 en raison de la gestion de la pandémie de Covid-19, les émissions de gaz à effet de serre ont rebondi au point que l’année 2022 a vu les émissions de dioxyde de carbone les plus élevées jamais enregistrées.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici