Le plan « antisécheresse » du gouvernement ne convainc pas les écolos

Le ministre de l’Écologie semble avoir prêché dans le désert. Christophe Béchu a dévoilé, mercredi 25 janvier, les contours du « plan antisécheresse » du gouvernement, dans un entretien au Parisien. Il y a annoncé vouloir « diminuer d’un peu plus de 10 % le volume d’eau prélevée dans nos sous-sols d’ici la fin du quinquennat », soit d’ici 2027. Un objectif ambitieux… mais sans mesures suffisantes pour y parvenir.

Réduction (non chiffrée) des fuites dans les réseaux, développement d’une météo de l’eau – sorte d’Ecowatt hydrique – et communication sur les « conseils simples » pour que tout un chacun économise l’or bleu. Mais rien – ou presque – sur les principaux postes de consommation d’eau.

À propos des bassines de stockage pour l’irrigation (les mégabassines), le ministre s’est montré évasif, rappelant que « la meilleure retenue d’eau, c’est la nappe phréatique », tout en soulignant : « Il n’y a pas d’agriculture sans eau et il serait hypocrite de fixer trop de restrictions à l’agriculture française, ce qui nous pousserait à importer ! »

« Ce plan n’est pas du tout à la hauteur des enjeux »

« Nous sommes inquiets que ce plan ne soit pas du tout à la hauteur des enjeux de transformation nécessaires de notre modèle de consommation et qu’il renforce les inégalités dans l’accès à l’eau », a réagi sur Twitter Marine Tondelier.

Les lacunes : les canons à neige, golfs, agriculture intensive…

La secrétaire nationale des Verts a également listé les lacunes du plan gouvernemental : pas de plan pour sortir l’agriculture intensive de sa dépendance à l’irrigation, « pas de mention des autres usages anachroniques de l’eau comme les canons à neige ou l’irrigation des golfs »« pas de vision à long terme de la production électrique, notamment nucléaire, qui représente 49 % de l’eau douce prélevée »« aucune mention non plus des problèmes de manque d’accès à l’eau des plus fragiles ».

Les détails de ce « plan eau » seront présentés dans quelques semaines.

… nous avons un petit service à vous demander. Chaque mois, plus d’un million et demi de personnes font confiance au travail des journalistes de Reporterre pour se tenir informées sur l’urgence écologique. En 2022, plus de 31 700 de ces lectrices et lecteurs ont financé le journal par des dons. Ce soutien permet à Reporterre de rester en accès libre, sans aucune publicité, et totalement indépendant. Contrairement à de nombreux autres médias, Reporterre n’a pas d’actionnaires ni de propriétaire milliardaire. Le journal, à but non lucratif, est libre de toute influence commerciale ou politique.

Nous avons la conviction que le ravage écologique est l’enjeu principal de ce siècle. À ce titre, il nous semble que ce sujet doit être mis en avant chaque jour dans le débat public. Les articles, reportages et enquêtes que vous pouvez lire sur le site sont vitaux pour la démocratie, pour la prise de conscience écologique, et pour exiger mieux de nos dirigeants.

Tous nos articles sont en accès libre, pour tous. Nous le faisons parce que nous croyons en l’égalité de l’accès à l’information. Ainsi, davantage de personnes peuvent suivre l’actualité de l’écologie, comprendre l’impact du désastre en cours sur la population, et agir. Tout le monde peut bénéficier d’un accès à des informations de qualité, quelle que soit sa capacité à payer pour cela.

S’il y a bien un moment pour nous soutenir, c’est maintenant. Chaque contribution, grande ou petite, renforce notre capacité à porter l’écologie au cœur de l’agenda médiatique et politique, et assure notre avenir. Même avec 1€, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Si vous le pouvez, soutenez le journal avec un don mensuel. Merci.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici