Déforestation : définition, données, causes, conséquences, solutions

La place et l’état des forêts sur Terre

Les forêts, qui couvrent environ 31 % de la superficie terrestre mondiale, sont des formations végétales indispensables à la vie sur Terre (FAO, 2020).

Plus de la moitié des forêts mondiales (54 %) est située dans seulement 5 pays : la Russie, le Brésil, le Canada, les Etats-Unis et la Chine, ce qui les rend particulièrement vulnérables en fonction des choix politiques de ces pays.

type-foret-climat-monde
Type de forêt dans le monde par zone climatique
© notre-planete.info / FAO – Licence : CC BY-SA
▴ Publi-reportage ▴

Une évaluation menée en 2015 montrait qu’il y avait environ 3 400 milliards d’arbres sur notre planète. Malheureusement, ce nombre est en forte diminution à cause de la déforestation qui se poursuit. Les auteurs de l’étude rappellent qu’environ 15,3 milliards d’arbres sont coupés chaque année, particulièrement dans les zones tropicales.
Ainsi, depuis les débuts de l’agriculture, il y a 12 000 ans environ, le nombre d’arbres sur Terre a chuté de 46 % ! Et avec eux, toute une biodiversité, des espèces animales et végétales, pour certaines disparues à jamais alors qu’elles sont souvent indispensables…

60 % des forêts sont dégradées dans le monde

Les forêts ont tellement été dégradées dans le monde que seulement 40 % sont considérées comme ayant une haute intégrité écologique, selon l’indice Forest Landscape Integrity, dévoilé dans une étude publiée en décembre 2020 dans Nature Communications.
La plupart des forêts encore préservées se trouvent au Canada, en Russie, en Amazonie, en Afrique centrale et en Nouvelle Guinée.

Les forêts à haute intégrité écologique sont celles qui présentent des niveaux élevés de biodiversité, fournissent des services écosystémiques de haute qualité et sont plus résilientes au changement climatique. Mais plus de 30 % des forêts subissent des pressions anthrophiques avérées (exploitation forestière, agriculture, fragmentation, extension urbaine, incendies, chasse, exploitation de la faune et effets de bordure… »Ces actions portent atteinte à l’intégrité de la forêt » a déclaré le Pr. James Watson de l’Université de Queensland et de l’ONG Wildlife Conservation Society.
« Cette analyse extrêmement fine de l’intégrité écologique des forêts mondiales montre qu’il ne reste seulement que 17,4 million de km² – ou 40 % d’entre elles – sont considérées comme ayant une haute intégrité » a-t-il ajouté.

Or, les forêts apportent des services cruciaux pour la vie sur Terre : sources de nourriture, de refuge, de combustibles, de vêtements et médicaments pour de nombreuses populations. Ainsi, selon la FAO, 60 millions de peuples indigènes dépendent presque entièrement des forêts ; 300 millions de personnes vivent dans ou aux alentours des forêts et plus de 1,6 milliard de personnes dépendent à divers degrés des forêts pour vivre !

Sur le même sujet

De plus, les forêts abritent de nombreux « points chauds » de biodiversité et jouent un rôle prépondérant dans la fixation du CO2 que nous émettons massivement et qui perturbe dangereusement notre climat : 40 % du carbone terrestre est stocké dans la végétation et les sols des forêts.

La déforestation s’accélère dans le monde

Il y a 4 siècles, 66 % des terres étaient recouvertes de forêt, contre seulement 31 % actuellement, il ne reste donc que 4,06 milliards d’hectares de forêts (dont 1,11 milliard d’hectares de forêt primaire), selon le rapport 2020 de la FAO.

Selon le World Resources Institute, 80% de la couverture forestière mondiale originelle à été abattue ou dégradée, essentiellement au cours des 30 dernières années.

Malgré les nombreuses initiatives nationales, internationales, publiques et d’entreprises ces dernières années, les objectifs ne sont pas atteints, et les tendances à la déforestation se poursuivent, voire repartent à la hausse, si l’on prend en compte la dégradation des forêts.

La dégradation des forêts est une réduction de la densité de la biomasse des arbres due à des causes naturelles ou à l’action de l’homme comme l’exploitation forestière, les feux de forêt, les chablis et d’autres événements (FAO).

Par exemple, en septembre 2019, les entreprises Nestlé et Procter & Gamble ont annoncé qu’elles n’atteindraient pas l’objectif zéro déforestation qu’elles s’étaient imposées. Des pays entiers eux-mêmes se fourvoient : dix pour cent des signataires du Bonn Challenge se sont fixés l’objectif impossible de restaurer un espace forestier qui, en surface, dépasse considérablement l’espace de restauration disponible à l’intérieur même de leurs frontières. En 2020, le Brésil a connu une recrudescence de la déforestation alors que la pandémie de Covid-19 paralysait le monde (CIRAD, 05/2020).

Le Challenge de Bonn est un projet planétaire qui vise à restaurer 150 millions d’hectares de terres dégradées et défrichées d’ici à 2020 et 350 millions d’hectares d’ici à 2030.

Si l’on prend en compte la reforestation qui compense en partie les pertes nettes de surface forestière, notre planète a perdu 178 millions d’hectares de forêt depuis 1990 (à peu près la taille de la Libye). La perte de couvert forestier est passée de 7,8 millions d’hectares par an pour la période 1990-2000 à 5,2 millions entre 2000 et 2010 and 4,7 millions par an entre 2010 et 2020.

Si l’on considère la perte annuelle de couverture arborée – définie comme le remplacement des peuplements forestiers d’une hauteur supérieure à 5 mètres dans la zone sélectionnée –De 1990 à 2000, plus de 14,2 millions d’hectares de forêts ont disparu chaque année avec des conséquences quasi irréversibles à notre échelle. Cette tendance s’est alourdie puisque depuis 2012, plus de 24 millions d’hectares de forêts disparaissent chaque année en moyenne.

2016 : la déforestation bat tous les records
La déforestation a battu un reccord en 2016 avec la perte de près de 30 millions d’hectares de forêts, c’est le double du rythme déjà alarmant de 2014 ou 2015.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici